L'aïkido entre ésotérisme et éxoterisme

Réflexions sur la pratique

Il est nécessaire de pratiquer l'aïkido intensivement pour être amené à en comprendre la signification profonde; à titre d'exemple, le maître Tadashi Abé indiquait que lorsqu'il était "Ushi-Deshi" ( disciple interne ), la pratique en tatami était de l'ordre de huit heures par jour en moyenne. A cela s'ajoutait l'enseignement oral "Okuden".

Aujourd'hui, bien que la façon la plus directe d'apprendre demeure "L'Ippan Geiko" ( répétition des techniques à droite et à gauche en positif et négatif ), il faut constater que sur une heure de cours, il s'agit en fait dans le meilleur des cas de dix à quinze minutes de travail en état de "Non Mental" ( spontanéité ). Dans ces conditions, il devient important de ne pas oublier la transmission orale de nature à permettre au pratiquant d'être guidé pas à pas vers le but de la voie par ceux qui sont passés avant, les professeurs ( Senseï ), afin d'éclairer les moyens ( les techniques ) qu'il conviendra d'oublier ensuite, ayant permis comme un pont, de passer sur l'autre rive… Le pont devenant inutile et devant être oublié! Un professeur se doit d'être bien sûr un bon technicien, et surtout un bon guide. Pour cela, il lui faut avoir atteint un certain état de réalisation, fruit de son expérience et de ses capacités particulières, et posséder un enseignement à transmettre ( Tradition ).

On peut distinguer ce qui est "Soto"-Extérieur, exotérique et ouvert à tous quelles que soient les capacités de chacun. Par exemple, une tradition, fut-elle de type religieux, avec une doctrine, une sotériologie, voire une culture particulière, etc.. ou plus prosaïquement, un sport et ce qui est "Uchi"-Intérieur, ésotérique, demandant quelques qualités à repérer chez le pratiquant. Pour que la tradition soit complète, il faut la compréhension de ces deux dimensions: soto et uchi ramenant à une certaine unité.

L'analogie évoque l'arbre comprenant aussi bien l'écorce que le noyau, l'extérieur et l'intérieur.

Pour de qui est du ressort de l'éxotérisme, il faudra tenir compte des individualités et donc adapter l'enseignement à la compréhension de tous, quel que soit le niveau de conscience et ne pas exclure notamment l'aspect sentimental et esthétique ( notion de beauté ); la transmission se faisant pour être saisie en mode individuel ( psychophysique ).

En ce qui concerne le dedans, le noyau, soit l'ésotérisme, il convient de repérer la capacité à passer au-delà des deux identifiants de l'individualité: le nom et la forme. C'est pour cela, par exemple, que les processus de type initiatique proposent une mort symbolique et une renaissance… en mode supra-individuel (intuition intellectuelle ).

L'éxotérisme et l'ésotérisme sont donc deux aspects du Réel. Le premier s'adressant à l'identification, à l'apparence corporelle avec qualités… le second tentant le dépassement ( voir le concept de "corps surgissant" de Maître Morihei Ueshiba, le fondateur de l'aïkido ).

Pour ce qui concerne la conscience exotérique des choses s'attachant à l'apparence individuelle, il y a de nombreuses voies offrant un spirituel de type dévotionnel et religieux ou culturel et sportif… Nous n'en parlerons pas ici tant les voies sont nombreuses!

Pour l'ésotérisme se pose un problème: à quelle forme doit-on s'agréger? Car O'Sensei ( Maître Ueshiba ) nous dit: "L'aïkido n'est pas une religion, il éclaire les religions, les mène vers leur but".

L'ésotérisme Shinto, le "Koto-Tama" semblerait tout indiqué d'évidence pour un Japonais mais peu accessible en Europe; cela demeure néanmoins une possibilité!
Ne pas oublier aussi que pour un Chrétien, il ne semble plus y avoir grand chose d'opératif vivant sur le plan initiatique aujourd'hui, sans exclure tout à fait la possibilité de bénéficier peut-être de certaines influences spirituelles venues d'une Franc-Maçonnerie qui se veut régulière.

Pour le monde juif, la tradition demeure complète avec l'ésotérisme de la Kabbale; également pour le monde musulman avec le Soufisme. On peut aussi voir du côté du Bouddhisme Zen, notamment, ou du Taoïsme mais c'est difficile…

Une religion, voie du Salut individuel, repose sur un dogme, une morale, une liturgie; le but est de relier l'individu à un principe ( Dieu ). La dualité n'est pas dépassée; le salut n'est pas délivrance. C'est l'éxotérisme.

Pour une initiation ou voie de libération, il s'agit d'acquérir les moyens ( rituels et autres ) de nature à permettre le dépassement de l'individu. Les doctrines doivent êtres comprises et également dépassées car aucune doctrine ne peut atteindre l'Absolu, seulement le suggérer. "Connaissance et ignorance sont deux sœurs jumelles, l'une ne va pas sans l'autre" ( Nisagardetta Maharaj ) parce que l'intellect, lui –même moyen par lequel la conscience se manifeste, est encore de la matière fine, produit de la combinaison des cinq éléments et de l'essence de la nourriture. L'intellect doit aussi "in fine" être transcendé. La conscience du pur "Je suis" laisse alors la place à l'Absolu ( conscience de la conscience ).

Pour l'initiation régulière, il y a rituel de transmission ésotérique d'influences spirituelles d'origine non-humaine et guidance par degrés pas à pas par ceux qui, passés avant, transmettent les moyens qu'ils ont reçus depuis par filiation ininterrompue. Aujourd'hui, bien que la possibilité initiatique demeure et soit la voie métaphysique la plus régulière, pour éviter le risque de se perdre, il nous faut aussi considérer l'époque qui est particulière ( ère de "Kali-Yuga" ou "Amatsu-Kanagi" ) et des voies directes qui peuvent intéresser certaines personnes.

Par exemple, ces deux figures du néo-Védanta,  Ramana Maharshi et Nigardetta Maharaj, proposent à ceux qui le peuvent, un éclairage abrupt mais très direct. Une prochaine fois, nous parlerons peut-être de cette tradition de la Non Dualité qui constitue le but ultime des Védas, le Védanta ou ce qui semble le plus proche de la Tradition Primordiale et de l'importance que cela peut avoir pour un pratiquant d'aïkido sincère qui cherche à éclairer sa propre expérience de pratique par tout moyen authentique qui se trouve à sa portée et se présente à lui; et cela, sans avoir à faire du syncrétisme mais peut être pour vérifier aussi la vérité véhiculée par sa propre tradition, en la confrontant au Védanta…

Cela est porteur de tolérance car si la vérité est une, elle apparaît de façon multiple légitimant ainsi tous les courants issus de la même réalité non-humaine.

Pour O'Sensei Morihei Ueshiba, les initiations au Koto-Tama, à l'ésotérisme Shinto et au Boudddhisme Shingon lui ont été utiles pour nous donner l'exercice d'aïkido.
Bien entendu, tant que demeure en conscience la priorité d'affirmer la personne humaine, l'individualité, et non de la dépasser, une pratique sérieuse "conforme aux règles de l'art" sera suffisante comme bonne orientation… Plus tard peut-être pourra-t-on porter un plus grand intérêt à ces quelques lignes car, en définitive, rien ne peut se faire sans certaines qualités et expériences personnelles. En ce sens, la réalisation spirituelle, notre vraie nature au-delà de toutes les surimpositions, au-delà de tous les moyens, est en définitive une affaire qui doit nous concerner personnellement.

Michel Soulenq, article publié sur cœur-esprit.com

Bibliographie:

  • Samkara: "La quête de l'être". Michel Angot, collection voix spirituelles sagesses-Points
  • Ramana Maharshi: "Le libéré vivant". Même édition
  • Maître Eckart: "Etre Dieu en Dieu": même édition
  • Nisagardetta Maharaj: "A la source de la conscience" (Les Deux Océans ), "Je suis", "Conscience et Absolu"
  • Ramana Maharshi: "Immortelle conscience". Paul Brunton ( Les Deux Océans )
  • René Guénon: "L'homme et son devenir selon le Védanta" ( Editions Traditionnelles )
  • Eckhart Tollé: "Le pouvoir du moment présent"
  • Carl de Miranda: "UN temps pour la sagesse" ( Flammarion )
  • Jean Klein: "La joie sans objet" (www.almora.fr )
  • Article(s) sur coeur-esprit : "L’Objectif Suprême de l’Aïkido"

Renseignement et inscriptions : Secrétariat du G.C.E.R.C.C.E.

Adresse : 13 rue des Colonnes du Trône 75012 PARIS

Tél/Fax : 01 82 09 87 38 — E-mail : contact@aikido-gcercce.org